Glacier de Tré la tête, retour par la gorge
>>
Accueil
>
Rando été
>
Glacier de Tré la tête, retour par la gorge
Les Contamines Montjoie

Glacier de Tré la tête, retour par la gorge

Intermédiaire
6h
13,3km
+963m
-963m
Boucle
Embarquer cet élément afin d'y avoir accès hors connexion
Boucle à la journée en terrain et paysages variés pour le plaisir des yeux.
De la forêt aux abords du glacier, cette randonnée en milieux variés vous fera découvrir les multiples facettes de la réserve naturelle la plus haute de France.

Les 20 patrimoines à découvrir
Flore

La forêt mixte de montagne

En montagne, les paysages et la végétation changent rapidement avec l’élévation de l’altitude. C’est ce qui s’appelle "l’étagement de la végétation". Ainsi, entre 800 et 2000 m d’altitude selon les versants, vous vous situez à l’étage montagnard, royaume de la forêt...

Vous observerez de belles forêts mixtes, dans lesquelles se côtoient des arbres à feuilles caduques, qui tombent à l’automne, comme les Hêtres, et des essences à feuillages persistants comme les Epicéas ou les Sapins ...

Soyez discrets et attentifs, vous aurez alors l’occasion d’entendre un Pic ou la discrète Gélinotte des bois!
lire la suite
Flore

L'Erable sycomore

"Du plane pour les lugeons"... Saurez-vous décoder cette énigme typiquement savoyarde ? En patois, le plane c’est l’Erable sycomore!

Cet arbre se reconnait à ses feuilles formées de 5 lobes finement découpés, ainsi qu’à ses fruits appelés samares. Leurs ailes incurvées vers l’avant leur permettent de se disséminer par une chute en hélicoptère!

Les planes dont le tronc poussait en crosse, c’est à dire arqué sous le poids de la neige, étaient utilisés pour fabriquer des "lugeons", ces traîneaux qui servaient autrefois au transport du foin en montagne ...
lire la suite
Faune

La discrète Gélinotte des bois!

C’est la plus petite et la plus discrète des espèces de Galliformes de montagne. Elle est bien moins connue que le Tétras-Lyre ou que le Lagopède alpin du fait de ses mœurs exclusivement forestières ! 
Mais elle est aussi importante d’un point de vue biologique et scientifique : c’est une espèce indicatrice des changements environnementaux. Ses exigences marquées en termes de végétation et de variété d’essences d’arbres la mettent en danger face à une mauvaise gestion forestière. C’est d’ailleurs l’une des principales causes de régression de l'espèce.

 

lire la suite
Faune

Le Chamois

Son nom latin signifie "chèvre des rochers". Cet ongulé est un sportif de haut-niveau, parfaitement adapté à son milieu naturel : il possède des sabots en forme de pince aussi bien faits pour s’accrocher au rocher que pour le porter sur la neige!
En cas de danger, il peut ainsi fuir sur les pentes rocheuses les plus escarpées.
Son appareil cardio-respiratoire lui permet de parcourir 1000 m en 15 min quand un homme se déplace à la vitesse moyenne de 350 m en 1 heure !

 
lire la suite
Faune

L' Accenteur alpin

Cette boule de plumes de moins de 50 g est un oiseau typique de l'habitat alpin. 

Présent en montagne toute l'année, il est observable entre 1800 et 4000 m d'altitude. Il niche dans des trous de roche et descend à des altitudes plus clémentes l'hiver venu.
Son régime alimentaire s'adapte à la saison: il se nourrit essentiellement d’insectes pendant l'été, de graines en automne et sait profiter des ressources disponibles autour des chalets l'hiver venu!
Peu farouche, il n'est pas rare de le voir s'approcher de l'homme.

 
lire la suite
Refuge

Refuge de Tré-la-Tête

Ce refuge, situé à 1970 m d’altitude, a plus d’un siècle d’histoire.

Créé en 1907 pour accueillir les pionniers de l’alpinisme, il réunit désormais toutes les cultures de la montagne. Alpiniste amateurs de sommets, randonneur en escale à la journée ou en itinérance c’est ici que vos chemins se croiseront peut-être.

Idéalement placé, il offre une vue saisissante sur les sommets environnants et le village, 900 m en contrebas!
lire la suite
Histoire

Un glacier et des hommes

Le glacier de Tré-la-Tête est une terre d’alpinistes.

En effet, il est bordé des sommets mythiques du massif du Mont-Blanc comme les Dômes de Miage ou l’Aiguille nord de Tré-la-Tête, point culminant de la Réserve naturelle à 3892 m d’altitude.

C’est le point de passage de nombreux itinéraires de haute-montagne classiques ou de ski-alpinisme.

Depuis la fin du dix-neuvième siècle, il est ainsi le théâtre de l’évolution de l’alpinisme.

lire la suite
Histoire

Une prise d'eau sous le glacier

En 1939, l’ingénieur Max Waeber réalise une première mondiale en construisant une prise d’eau sous le glacier. Cette eau captée sert d’ailleurs toujours à alimenter un lac artificiel (le lac de la Girotte, dans le Beaufortin) grâce à dix kilomètres de galeries souterraines, à des fins de production hydro-électrique.

La Réserve naturelle, en partenariat avec EDF, a conduit en 2011 un programme de démantèlement des infrastructures industrielles liées à la création de cette prise d’eau (dortoirs et téléphériques).
lire la suite
Glacier

Glacier de Tré-la-tête

Ce géant, dont le nom signifie au-delà de la tête, est le quatrième plus grand glacier français! Il est étudié dans le contexte du changement climatique.

Son état de santé, suivi par la Réserve naturelle depuis 2014, évalue ainsi le volume de glace gagné ou perdu. C’est ce que l’on nomme le bilan de masse.

Long de 8 km, il déroule sa langue de glace depuis le col Infranchissable à la frontière italienne à 3300m d’altitude, jusqu’au point où vous vous situez !

lire la suite
Faune

L'Aigle royal

C’est un prédateur, armé pour la chasse ! Grâce à de grandes et larges ailes, il plane haut dans le ciel à la recherche d’une proie. Sa vue exceptionnelle repère marmottes (son repas préféré), lièvres, renards ou lagopèdes et parfois même jeunes chamois ou bouquetins !

Son arcade sourcilière prononcée agit comme un pare-soleil lors du piqué qu’il effectue pour saisir sa proie. Il est équipé de griffes appelées serres pour la capture, d’un bec puissant, crochu et tranchant pour déchiqueter la chair.
lire la suite
Point de vue

Le Belvédère de Combe noire

Profitez de ce belvédère naturel pour reprendre votre souffle. Mais attention le rocher est glissant et la zone non sécurisée!
Vous dominez la forêt et le hameau de "Combe noire". Ce nom provient de la couverture forestière composée quasi exclusivement d'épicéas, à la couleur sombre.
De ce point de vue imprenable, découvrez les alpages de la Rollaz traversés par le GR. De gauche à droite, vous apercevez les Roches rouges, les Roches franches, les Aiguilles de la Pennaz, le col du Bonhomme, le rocher du Bonhomme et enfin la Tête Nord des Fours.

 
lire la suite
Faune

La Mésange huppée

C’est un petit passereau forestier qui évolue souvent en compagnie de ses congénères, comme la Mésange à tête noire ou la Mésange boréale, car elles apprécient les mêmes habitats.
Sa présence est liée à celle de vieux arbres, qu’il s’agisse de bois mort ou d’arbres vieillissants, que l’on nomme aussi "bois sénescents". Elle apprécie tout particulièrement les forêts de résineux (épicéas, pins et sapins).
C’est une petite boule d’énergie, vive et en perpétuel mouvement, reconnaissable à sa huppe. Elle se nourrit de petits insectes, de larves et d’araignées mais aussi des graines de conifères.

 
lire la suite
Géologie

La Cascade de Combe noire

Profitez d’une halte sur ce pont pour ressentir la fraîcheur des embruns de la cascade de Combe Noire et imaginez que le glacier de Tré-la-Tête arrivait jusqu’ici en 1870 ! Depuis, il est remonté de plusieurs centaines de mètres mais on perçoit toujours sa présence à travers la rivière torrentielle qui a formé des sculptures impressionnantes appelées “marmites de géant” en érodant la roche dans un vacarme assourdissant !

lire la suite
Faune

L'Epervier d'Europe

Comme un éclair, une silhouette argentée se faufile silencieusement entre les branches, accompagnée des cris d’alerte des mésanges et autres roitelets… Quelle chance ! Vous venez d’apercevoir l’Epervier !
Ce petit rapace, à l’activité diurne, est commun mais très discret. C’est la terreur des passereaux, cet ordre qui regroupe la plupart des oiseaux chanteurs, dont il est le bourreau !

C’est un prédateur qui joue de l’effet de surprise en volant au plus près du relief ou dissimulé derrière des obstacles pour surprendre ses proies.
 
lire la suite
Flore

Le Colchique des Alpes

C’est la fin de l’été... C'est à cette saison que fleurit le Colchique alpin. Son nom vient de Colchide en Grèce, la patrie de l’empoisonneuse Médée.
Cette plante contient un alcaloïde très toxique : la colchicine. Selon les alchimistes, cette substance, employée en très faible dose, soignerait les rhumatismes et les crises  de goutte.

 
lire la suite
Pastoralisme

Les prairies de fauche de la Laya

Jadis fauchées et pâturées, ces prairies naturelles ont évolué lentement vers la forêt depuis l’abandon de toute activité pastorale.
Arbustes et épicéas ont ainsi peu à peu colonisé ces anciens prés. On appelle cela la fermeture du milieu, menaçant certaines espèces comme l’Avoine dorée, appréciée des troupeaux, ou le Colchique alpin.
Dès 2014, la Réserve naturelle a réalisé des travaux de débroussaillement et de fauche tardive afin de rendre à ce milieu sa fonction de pâturage d’automne.

 
lire la suite
Petit patrimoine

Le pont romain

Appelé également "Pont de la Téna", cet ouvrage date de l’époque romaine! Il est situé sur l’axe stratégique qui permettait  à cette époque de rejoindre la vallée de la Tarentaise et l’Italie depuis les Contamines.
Ce tracé, devenu depuis le GR5, est un touristique fréquenté.
Le pont domine les gorges du Bont nant.
Admirez les marmites que le torrent a façonné au fil du temps!

 
lire la suite
Flore

La Droséra à feuilles rondes

C’est une petite plante carnivore qui vit dans des tourbières, milieux pauvres en éléments nutritifs. N’ayez crainte, elle se nourrit seulement d’insectes, qu’elle attire et digère grâce à une substance visqueuse produite par les poils rouges qui recouvrent ses feuilles.

On l’appelle aussi "Rossolis ou rosée du soleil" du fait du scintillement de cette substance à la lumière.

Cette espèce est sensible et protégée, merci de ne pas la toucher !
lire la suite
Flore

Les tourbières de la Rosière

Sur votre gauche s’étendent les tourbières de la Rosière mais attention, admirez-les depuis le sentier car ce sont des milieux fragiles et des îlots de biodiversité !
Venue du fond des âges glaciaires, cette zone humide est issue d’une dépression érodée par le glacier dans laquelle l’eau a stagné. Ici c’est le royaume des plantes carnivores comme la Grassette des Alpes ou la Droséra à feuilles rondes…

lire la suite
Histoire

La réserve naturelle

A quelques pas de l'entrée véritable de la réserve naturelle, un panneau qui vous présente les enjeux de cet espace naturel protégé et réglementé.
lire la suite

Description

Remonter la route goudronnée qui longe la forêt.

  1. A l'intersection, prendre le sentier sur votre droite fléché "Refuge de Tré-la-Tête".
  2. Tourner à gauche sur le sentier fléché "Tré-la-Tête par les plans".
  3. A la bifurcation, suivre la direction du refuge par le "chemin Claudius Bernard".
  4. Au refuge, emprunter la sente de gauche à destination du Glacier de Tré-la-Tête.
  5. Vous êtes arrivés. Le début du retour se fait par le même chemin jusqu'au refuge.
  6. A la bifurcation, descendre par le chemin de gauche.
  7. Tourner à gauche et traverser le pont en face de la cascade.
  8. Tourner à droite pour redescendre vers Notre-Dame de la Gorge.
  9. Continuer tout droit sur le chemin qui longe le torrent.
  10. Continuer tout droit.
  11. Le chemin s'arrête ici. Remonter le long de la route goudronnée pour retrouver le parking à 150m.
Départ : Parking de Tré la Tête, les Contamines Montjoie
Arrivée : Parking de Tré la Tête, les Contamines Montjoie
Communes traversées : Les Contamines Montjoie

Profil altimétrique


Recommandations

Soyez prudent et prévoyant lors de la randonnée. Asters, CEN 74 n'est pas tenu responsable en cas d'accident ou de désagrément quelconque survenu sur ce circuit.
Réserve naturelle des Contamines Montjoie
La réserve naturelle est un espace exceptionnel, ouvert à tous, dont les patrimoines naturels, culturels et environnementaux sont rares. Pour profiter et admirer encore longtemps cette nature sauvage et préservée, merci de prendre connaissance de quelques bonnes pratiques :

Transport

Rejoindre les Contamines-Monjoie et à la sortie du village, passer le pont du torrent d'Armancette et suivre les panneaux fléchés jusqu'au parking de Tré-la-Tête.
Le parking se situe à gauche de la route juste avant le panneau de sortie de la commune

Accès routiers et parkings

Rejoindre les Contamines-Monjoie et à la sortie du village, passer le pont du torrent d'Armancette et suivre les panneaux fléchés jusqu'au parking de Tré-la-Tête.
Le parking se situe à gauche de la route juste avant le panneau de sortie de la commune.

Stationnement :

Parking de Tré la tête

Signaler un problème ou une erreur

Vous avez repéré une erreur sur cette page ou constaté un problème lors de votre randonnée, signalez-les nous ici :